Projets

Je présente ci-dessous en quelques lignes mes principaux projets de recherche. Ces recherches sont pour l’essentiel à l’interface entre les sciences de la terre et l’astronomie. Elles sont principalement motivées par les enjeux de développement scientifiques, économiques, éthiques et humains auxquels font face les pays du sud. Les liens proposés dans les résumés ci-dessous permettent d’en apprendre un peu plus et de suivre les dernières nouvelles scientifiques.

Les ressources minérales en Afrique de l’Ouest

Mon projet à pour objectif d’étudier et de comprendre les distributions et organisations spatiales des métaux dans la croûte terrestre à différentes échelles, en appliquant différentes stratégies innovantes d’acquisition de données sur le craton ouest-africain.

Je reprend dans ce projet l’hypothèse que la distribution des éléments chimiques dans la croûte obéissent à des lois mathématiques qui reflètent un état – non stationnaire – de différentiation chimique impliquant différentes étapes de concentrations ou d’appauvrissement (Lasky 1950, Ahrens 1954, Allègre et Lewin 1995). Cette hypothèse reste débattue, car le nombre d’échantillons prélevés et analysés en laboratoire dans le cadre de recherches académiques ne permet pas, dans la plupart des cas, d’explorer ou d’exploiter l’existence de ces lois mathématiques à l’échelle locale ou régionale. Cette approche pose en particulier la question du rôle de la concentration à l’échelle régionale (pré-enrichissement) dans la localisation des gisements d’intérêt économique. Les échelles « intermédiaires » entre l’échantillon et la dimension des unités géologiques telles qu’elles sont communément cartographiées (ie, du mètre à quelques dizaines de kilomètres) représentent une dimension spatiale qui a été largement ignorée par la pétrologie ou la géochimie en raison des limites matérielles de l’échantillonnage sur le terrain. Mon projet se focalise sur l’étude de l’organisation spatiale des métaux à ces échelles intermédiaires.

Cratères d’impact météoritiques

Les cratères d’impact résultent de la chute de météorites à la surface des planètes. C’est un phénomène géologique universel. Sur Terre, la compétition avec d’autres processus géologiques efface les traces de ces collisions. Mais ces collisions ont cependant joué un rôle tout au long de l’histoire de notre planète, et de la vie. De nombreuses structures d’impact sont également associées à des gisements, exploitées, ou non.

Mes recherches ont pour objectif de décrire l’histoire de ces accidents et d’étudier les effets de ces impacts sur les roches terrestres. De nombreuses structures d’impact dans les pays du sud sont encore peu étudiées, tandis que la découvertes de nouvelles structures sont possibles dans ces régions encore peu explorées, ou explorées par des géologues ne sachant pas reconnaitre les indices d’impact. Cette recherche m’a amener à examiner certains objets géologiques dont l’origine est controversée, telle le lac de Karakul au Pamir.  En cohérence avec la priorité géographique de mes autres projets, je mène actuellement un programme d’exploration des cratères d’impact en Afrique de l’Ouest et Maghreb.

WA_Cratermap_fr

Structure d’impact potentielles (cercles blancs) et confirmées (cercles noires) en Afrique e l’Ouest et Maghreb.

J’explore également de nouveaux outils pour analyser et rechercher des structures d’impact, telles que la radiométrie gamma qui permet d’étudier comment la formation d’un cratère d’impact affecte la distribution du potassium, du thorium et de l’uranium.

L’astronomie au Sénégal et en Afrique de l’Ouest

Les recherches en astronomie sont virtuellement inexistantes en Afrique de l’Ouest. Notre projet a pour objectif de créer les conditions pour l’émergence de cette disciplinaire dans le monde universitaire, en partenariat avec l’Association Sénégalaise pour la Promotion de l’Astronomie, l’Université Cheikh Anta Diop, et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du Sénégal. Le premier volet de ce projet est la construction d’un observatoire astronomique au Sénégal, sur le site de l’Institut de Recherche pour le Développement à Mbour.

ORAS

Projet d’Observatoire Astronomique à toit roulant pour abriter une télescope de 350mm de diamètre sur le site de l’Institut de Recherche pour le Développement à Mbour.

En parallèle, les premiers doctorants en astronomie sont formés: Salma Sylla prépare son doctorat sur le flux d’impact dans le système solaire externe à partir de l’observation des flashs d’impact dans l’atmosphère de la planète Jupiter. Elle est encadrée par Ababar Ndao (Institut de Physique Nucléaire, Dakar), François Colas (Observatoire de Paris), Sylvain Bouley (Université Paris-Sud), Katrien Kolenberg (Université d’Anvers) et moi-même. Elle vient d’obtenir une bourse pour renforcer sa formation en Belgique.

 

Articles récents

Impacts – des météores aux cratères

La prochaine fois que vous voyez une étoile filante, faites le voeux qu’on vous offre le livre qui vous fera découvrir ce qu’elles sont, et bien plus encore: comment reconnaitre météorites et cratères d’impact ! Et découvrir comment les impacts ont influencé l’histoire de notre planète et de la vie.

Bientôt disponible en libraire (10 Octobre)
Ouvrage collectif sous la direction de Sylvain Bouley, avec (entre autres): François Costard, Jean-Luc Dauvergne, Brigitte Zanda, Lucie Maquet, Jérémie Vaubaillon, et moi-même…

 

70119594

https://www.belin-editeur.com/impacts-des-meteores-aux-crateres#.W

  1. Une Initiative pour les Sciences de l’Espace et des Planètes en Afrique Une réponse
  2. Earth and Space Science is Essential for Society Laisser une réponse
  3. Goldschmidt 2017: 2f: Mars – Early Differentiation and Dynamic Evolution Laisser une réponse
  4. Un planétologue en Afrique de l’ouest Laisser une réponse